Plan de rénovation énergétique

Avec les 8 millions de maisons dites « passoires thermiques » et dans le cadre d’une politique visant à la préservation de l’environnement, tout en privilégiant l’utilisation d’énergies renouvelables, des mesures ont été mises en place par le ministre de la transition énergétique, Nicolas Hulot. Le but est de réduire drastiquement ce chiffre.

Un plan de rénovation énergétique sera mis en place par l’Etat, voir cet article, tout un chacun peut participer à son élaboration en répondant à la consultation sur internet disponible à l’adresse suivante.

Les logements jugés “passoire thermique”

Les logements qui sont classés comme étant une passoire thermique ou passoire énergétique sont ceux qui disposent d’une mauvaise isolation. Il y a des fuites en été comme en hiver et il est impossible d’atteindre une température correcte. Conséquence, la facture de la consommation énergétique augmente, à cause de la dégradation de la performance énergétique du logement. Il y a aussi une augmentation de la consommation d’usage. Un seuil a été fixé pour évaluer si un bâtiment est une passoire. Si la moyenne de consommation est de 190 kwh/an/m2, un logement passoire en consomme entre 350 kwh/an/m2 et 400 kwh/an/m2. Ce sont surtout les maisons anciennes qui sont concernées, notamment celles d’avant 1948 et celles qui ont été construites entre 1948 et 1975.

Les différents travaux d’amélioration

Dans une logique d’amélioration immédiate, les travaux d’amélioration d’une maison passoire thermique se font progressivement. Les travaux se font par ordre d’importance :

  • En premier l’isolation, pour limiter au maximum la déperdition thermique. Le toit est le point de départ. En effet, une bonne isolation au niveau des combles limite déjà la perte de chaleur à 30 %.
  • L’isolation des murs
  • L’isolation du sol

L’isolation est cruciale, car en hiver, elle limite la perte de chaleur rendant la maison inconfortable. En été, la température reste assez fraîche en évitant de laisser pénétrer la chaleur. Même si la cause principale du problème est l’absence de performance énergétique, les équipements vétustes aggravent la situation. Après l’isolation, il convient de choisir un appareil de chauffage plus performant. Le marché propose aujourd’hui une large gamme d’appareils de chauffage qui permettent de faire une économie d’énergie de 35 %.

Nous vous renvoyons vers notre article “détecter les déperditions thermiques de votre logement” (disponible dans notre actualité), pour connaître les modalités de préconisations des travaux nécessaires.

Les aides financières

De telles rénovations coûtent bien évidemment chères. Pour accélérer la mise aux normes des maisons, le gouvernement prévoit plusieurs aides comme :

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique: il est destiné aux propriétaires et aux locataires. Il offre la possibilité de déduire 30 % du montant des travaux sur les impôts. Ce crédit est octroyé lors d’achats d’équipements et de matériaux, qui répondent aux critères de performance.
  • L’éco-prêt à taux zéro: reconduit jusqu’en décembre 2018, c’est un moyen de financement des travaux lourds pour une écorénovation. Les maisons passoires énergétiques sont particulièrement concernées, car sont éligibles à cette aide les logements qui ont été construits avant le 1er janvier 1990 et qui sont une résidence principale.
  • Le programme Habiter Mieux de l’Anah : c’est un programme de financement de travaux pour réduire considérablement les déperditions de chaleur.
  • La TVA réduite : certains travaux d’amélioration bénéficient d’une TVA réduite de 5,5 %

Ce sont les principales aides, mais il en existe d’autres : les aides locales, le chèque énergie, les aides apportées par les fournisseurs d’énergie et bien plus encore.

Les améliorations sur la consommation d’énergie

Pour réduire la consommation d’énergie, les occupants sont les premiers acteurs principaux, en commençant par de simples réflexes :

  • Privilégier les ressources renouvelables
  • Choisir des matériaux et équipements avec une bonne performance énergétique et moins énergivore
  • Fermer les volets lorsque vous n’êtes pas chez vous pour éviter la déperdition thermique
  • Les matériaux écologiques offrent une meilleure performance
  • Solliciter bien plus le mode économie d’énergie sur les appareils
  • Surveiller les appareils

De simples petites habitudes peuvent modifier radicalement la dépense énergétique.

Les mesures prises par l’État pour réduire les maisons passoires

Pour l’État, le travail est encore énorme, car la France compte actuellement près de 8 millions de logements passoires. Certaines mesures ont été adoptées afin de diminuer ce chiffre comme :

  • Une taxation très élevée pour les maisons avec une performance énergétique médiocre. Le ministre de la transition énergétique a ainsi mis en place un bonus/malus pour les propriétaires qui mettent en location un logement avec de mauvaises performances énergétiques
  • L’obligation de faire des travaux de rénovation énergétique pour les propriétaires avant les transactions financières. Dans le cas contraire, les droits de mutation seront augmentés.

Un partage de la facture de chauffage entre propriétaire et locataire si la facture est trop élevée à cause d’une déperdition énergétique.

Afin de ne pas subir de telles mesures, il est préférable de faire appel à des professionnels qualifiés qui possèdent une certification RGE ou Reconnus Garants de l’Environnement. C’est la garantie de pouvoir obtenir des aides financières. Ce sont les entreprises qui contribuent à l’amélioration de la performance énergétique qui peuvent obtenir ce label et qui interviennent dans l’un des domaines énoncés (pose de chaudière de condensation, pose d’équipements de chauffage fonctionnant à l’énergie renouvelable…). Un Bureau d’Etudes Techniques (BET), tel que le nôtre sera à même de préconiser les travaux les plus judicieux et choisir les entreprises RGE. Pour cela vous pouvez également consulter notre article “détecter les déperditions thermiques de votre logement” (disponible dans notre actualité).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + 6 =

Découvrez aussi

RT2018/2020, une nouvelle réglementation respectueuse de l’environnement

  Depuis plusieurs années, la France impose aux bâtiments une réglementation thermiqu…