Quelles informations sont mesurées par une caméra thermique ?

L’écran de la caméra thermique permet de visualiser, au moyen de différentes couleurs ,les températures de toutes sortes d’éléments. Pour cela, elle convertit leur rayonnement infrarouge en degrés Celsius, chiffrés et matérialisés par une palette de couleurs signifiantes. Les couleurs froides (en bleu) correspondent aux points de mesure des températures les plus basses du relevé, contrairement aux couleurs chaudes, en rouge. Les différentes nuances de vert, orange et jaune matérialisent les seuils intermédiaires.

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas possible de traverser les matériaux, mais seulement de rendre compte du flux de chaleur d’une paroi, reflétant les températures qui se dégagent du foyer situé derrière elle.

Les températures

Celles des différents matériaux forment un contraste visible avec celle de l’air ambiant. La caméra thermique montre l’émissivité d’une scène thermique.

En quoi consistent les radiations infrarouges ? Ce sont des ondes de chaleur orientées par l’optique vers une matrice de détecteurs, appelée le détecteur microbolomètre. Il s’agit des radiations électromagnétiques qui résultent du mouvement mécanique au niveau des particules. La longueur d’ondes infrarouge s’étend de 0,8 à 15 micromètres, non visible à l’œil nu.

Le détecteur est le principal facteur qui détermine la sensibilité thermique et donc la qualité d’image. Les fabricants ont chacun leur logiciel spécifique pour éditer des rapports. 

Les détecteurs quantiques sont refroidis pour éliminer le courant d’obscurité, tandis que les détecteurs thermiques ne le sont pas. 

La résolution thermique doit être adaptée à la température des objets filmés.

Pour découvrir la gamme des produits sur le marché, cliquez ici.

Que mesure une caméra thermique ?

Images et thermogramme

L’écran montre une image ou scène thermographique en couleur, assez impressionnante pour les novices. Il affiche aussi un thermogramme, à savoir un relevé des températures qui est calibré en mode automatique par défaut. Il peut également être étalonné manuellement en fonction des points de mesure choisis.

Quel angle de vue est-il mesuré ? Tout dépend de l’objectif qui peut être panoramique ou au contraire se focaliser sur certains éléments, comme les composants d’un tableau électrique. L’opérateur peut régler lui-même la mise au point, pour permettre une analyse optimale.

Les nouveaux modèles de caméra sont légers et d’une utilisation aisée. Ainsi, des zones d’accès difficile peuvent être évaluées sans contact. Des angles, façades ou toitures difficiles peuvent ainsi révéler des fuites. 

Une large gamme de produits existe pour la réalisation d’une enquête de terrain approfondie, afin d’optimiser les performances énergétiques d’un bâtiment. En effet, des travaux d’amélioration de l’isolation peuvent par exemple être engagés.

Les factures d’énergie s’en trouvent réduites et l’environnement est protégé. En effet, à l’heure actuelle, chacun est mis à contribution pour réduire sa consommation en énergie.

Des informations brutes à analyser

Les caméras sont très maniables de façon à adopter des angles de vue variés. Leur robustesse leur permet de recueillir des mesures à une température extrême, dans différents types de bâtiments industriels : chambres froides, fonderie d’acier, etc.

L’opérateur doit savoir quelle zone analyser au moment de la prise de vue. De plus, le fonctionnement de l’appareil peut s’avérer assez complexe dans certaines situations.

Elles sont de précieux outils pour établir la thermographie d’un lieu. Elles permettent d’accéder à des connaissances indécelables à l’oeil nu, dans des endroits difficiles d’accès. Les particuliers peuvent ainsi observer l’existence de déperditions énergétiques. 

Mais il faut ensuite comprendre ces données représentées visuellement par des couleurs, assorties de chiffres qui ne sont interprétables que par des experts en thermographie.